Lisbonne : un photographe sur les pas de Pessoa

« Bureau de tabac » est ma photo préférée (ci-dessus), c’est aussi le titre d’un livre de Fernando Pessoa », raconte le photographe Gilles Lange qui est parti sur les traces du poète portugais à Lisbonne. « Dans ce texte, il écrit : « Je ne suis rien. Jamais je ne serai rien. Je ne puis vouloir être rien. Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde. Avec ces quelques phrases, Pessoa a tout dit. »

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à Lisbonne ?

Je me suis intéressé au poète portugais Fernando Pessoa que j’ai découvert à travers ses pièces de théâtre puis ses poèmes. Dans ses écrits, il parle de voyager, sans d’ailleurs jamais avoir vraiment quitté le Portugal (NDLR : il passé ses premières années en Afrique du sud). J’ai réalisé des photographies à Lisbonne en fonction des textes que j’avais pris avec moi. Quand je suis revenu à Paris j’ai fait l’inverse, c’est-à-dire que sur certaines des photos pour lesquelless le texte initial n’était pas très adapté, j’ai cherché un autre écrit qui corresponde à mon impression et au cliché.

Pessoa est un marcheur, un flâneur, c’est ce qui m’intéressait. C’est ma démarche en tant que photographe. Je fais de la photographie de rue, je me balade, je suis dans l’instantané. Aucune de mes photos n’est une mise en scène. Dans ses écrits, c’est la même chose. « Le poète flâneur », comme on l’appelle, partait à la recherche d’idées en se baladant.

Où êtes-vous allé ?

J’ai essayé de retrouver les endroits que le poète fréquentait. Certains traitements que j’ai volontairement « vieillis » sont des lieux où je savais que Pessoa était passé. J’ai aussi imaginé qu’il y avait des endroits dans Lisbonne qu’il aurait pu fréquenter comme ce quartier sur la route de Beleem, ce qu’on appelle la Factory. Il n’a pas connu ça mais il aurait pu très bien y aller d’autant que la capitale du Portugal est relativement petite. On passe vite d’un quartier à l’autre

Comme je me suis concentré sur le Lisbonne ancien car j’étais sur les pas de l’écrivain, je n’ai volontairement pas abordé le Lisbonne moderne. Tous ces anciens quartiers sont en voie de gentrification. ils connaissent actuellement ce que nous avons connu à Paris, dans le 11e et le 20e arrondissement. Ils ne vont peut-être pas disparaître complètement mais l’âme populaire de ses quartiers oui.

Vos photos sont presque toutes en noir et blanc…

J’ai accentué le côté vieillissant de certains clichés comme si je les avais pris au siècle dernier, avec des plaques photographiques. Le noir et blanc est un peu un contre-pied. La plupart du temps, les gens qui se rendent à Lisbonne font de la couleur car c’est une ville très colorée. Je travaille essentiellement en noir et blanc car cela donne une autre atmosphère. Là je présente des tirages en piezographie. Il s’agit d’un procédé qui utilise des encres au charbon et donne des noirs très profonds. On obtient des détails que l’on ne peut pas avoir avec avec un tirage normal. J’ai aussi fait appel à un nouveau procédé, le piezopro, qui permet de réaliser des noirs plus charbonneux. Je passe par un laboratoire spécialisé à Chambourcy.

Quels sont vos autres projets ?

Je prévois d’exposer cette série sur Lisbonne dans d’autres villes, notamment dans des festivals mais j’attends des confirmations. En février, je pars aussi à Amsterdam. J’aimerais faire une série dans le même esprit que celle de Lisbonne, avec un fil conducteur, peut-être autour de Van Gogh. C’est un vrai changement. Jusqu’à maintenant, j’étais exclusivement un photographe « one shot » : chaque photo en elle-même raconte une histoire. Enfin, j’organise une exposition avec le Collectif de photographes, « le Collectif Regards Croisés« , que je préside, dans la même galerie, On-Off Studio (Paris 17ème), du 7 au 28 février 2018.

Propos recueillis par Anne Thiriet

L’exposition « Lisboa sur les pas de Fernando Pessoa » est encore visible jusqu’au samedi 27 janvier 2018, 19 heures au On-Off Studio, 11 rue Berzélius, 75 017 Paris

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s