« Zoo Project voulait peindre à travers le monde »

Escalier du Potemkine, Odessa

« Zoo Project voulait peindre à travers le monde, je voulais raconter un voyage »nous expliquait le réalisateur Antoine Page à propos du street artiste français et de « C’est assez bien d’être fou », un road-movie documentaire réalisé en 2012 jusqu’aux confins de la Sibérie. « Mêler le dessin à la vidéo nous permettait de relater un voyage plus évocateur, plus poétique. »

Un hommage sera rendu dans quelques mois au street artiste, mort assassiné en 2013 à Détroit, aux Etats-Unis. Collaborateurs, artistes et amis se sont réunis au sein de l’association La Maison du Directeur pour préparer pour le printemps 2018 expositions, installations, édition de plusieurs ouvrages et sortie en salles du road-movie.

L’objectif est de faire honneur « autant à l’oeuvre [de Bilal Berreni alias Zoo Project] qu’à sa personnalité et sa démarche engagée, indépendante et libre » souligne Antoine Page. Cela fait longtemps que nous y pensons mais étant donné les circonstances de son décès, il nous a fallu laisser passer du temps. Nous avons surtout beaucoup réfléchi à la démarche et la forme que pourrait prendre cet hommage afin de rester en cohérence avec son état d’esprit . »

Le Cuirassé Potemkine à Marseille

Ce projet s’articule essentiellement autour de 3 axes : l’édition de 8 ouvrages sur le travail de Zoo Project, des installations monumentales dans divers lieux publics et la sortie en salles de ‘‘C’est assez bien d’être fou’’.

« Nous attendons la réponse de la ville de Marseille à qui nous avons soumis une proposition d’installation sur les escaliers de la gare St Charles. Cela devrait se décider en septembre prochain« , détaille le réalisateur, qui veut reproduire le projet mené dans la ville d’Odessa durant le tournage du road-movie. Les deux hommes s’étaient alors arrêtés sur l’escalier monumental de la ville, en référence au Cuirassé Potemkine, le film d’Eisenstein qui traite de la mutinerie du Cuirassé dans le port de la ville en 1905, de l’insurrection et de la répression qui ont suivies.

Pour évoquer le chef d’oeuvre, Bilal avait isolé plusieurs captures d’écrans de la scène emblématique du long-métrage et réalisé 10 personnages en pochoirs. Ces personnages ensuite reproduits sur de la toile de jute  formaient une foule de près de 200 personnages suspendus au-dessus des escaliers.

L’escale à Odessa avait duré un mois. Les deux homme projetaient de reproduire la scène à Marseille, avant que la mort du street artiste ne stoppe brutalement le projet.

Zoo Project dessinait toujours, tout le temps

Zoo Project à Mesnay

Dessins, carnets, photos…, Bilal a toujours dessiné, tout le temps. Dès  15 ans, en marge de ces cours à l’école Boulle puis de l’école supérieure des arts appliqués Duperré, il recouvre les murs du XXème arrondissement de Paris de fresques géantes en noir et blanc. Elles sont parfois accompagnées de citations poético-politiques.

En 2011, il part en Tunisie, au moment de la révolution, et choisit d’y représenter les martyrs. Il part ensuite s’installer dans un camp de réfugiés à la frontière libyenne. Il y peint sur du tissu des portraits grandeur nature des réfugiés du camp. La presse nationale s’y intéresse, mais de nouveau, Bilal est loin. En plein hiver dans une cabane au fin fond de la Laponie, il dessine avec le projet de réaliser un roman graphique qui racontera cette expérience…

Chaque jour, une photo

L’hommage prévu au printemps 2018 aura lieu, notamment les expositions, dans l’espace public. Une équipe se chargera de chercher des salles partenaires pour la diffusion du film, qui sera auto-distribué. Les livres (8000 en tout) ne seront pas vendus mais offerts aux bibliothèques publiques et aux établissements scolaires.

Pour réunir la somme nécessaire à la production de tous ces événements, une campagne de financement participatif a été lancée sur la plateforme Ulule: https://fr.ulule.com/zoo-project-hommage.
D’ici le printemps prochain, une photo d’une œuvre de Zoo Project sera diffusée chaque jour sur les réseaux sociaux pour faire découvrir ou redécouvrir son travail:
www.facebook.com/Zoo-Project-Hommage-309256589529988 ;
https://twitter.com/ZooProject2018 ;
www.instagram.com/zoo_project_hommage/

-Article 13 août 2017-

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s